[ Histoire ] [ Vestiges ] [ Tumulus ] [ Route du Sel ]
 

Le plus curieux du massif est le promontoire de Châtaillon "Camp de Châtaillon". Un véritable refuge rentrant dans la catégorie des éperons barrés. Ses bords escarpés qui le rendent accessible par une seule et étroite de ses faces, offre une citadelle naturellement fortifiée: un oppidum.Plan des Cabordes

En 1869, parmi les ruines, on distinguait encore 150 constructions circulaires ou carrées en pierres sèches et abris-sous-roche.

Quelques fouilles permirent d'y découvrir des morceaux de poterie, des vases, des débris de fer, des fragments de silex, des pointes de javelot,etc.  Et, que c'était-il passé les siècles qui ont précédé le signalement de ces ruines antiques ?

A cette époque, les savants eurent des avis partagés sur l'origine de ces huttes. Parfois, ces mêmes spécialistes les datèrent à la fois de l'Age du bronze et du Moyen Age.

D'autres sondages du 19ème siècle, du début du 20ème siècle et principalement les fouilles de 1952, conclurent que le plateau de Châtaillon aurait pu être fréquenté à une époque très ancienne, puis au premier âge du fer (1000 à 500 ans av.J.C.), ainsi qu'une agglomération à l'époque de la Tène (500 ans av. J.C. à la conquête romaine). Ils laissèrent également supposer qu'il aurait servi ensuite d'abris durant une période du Moyen Age.

De nos jours, 25 à 30 huttes et trois abris-sous-roche sont toujours visibles.

Le camp de Châtaillon est un lieu bénévolement protégé qui attire de nombreux visiteurs.

Accès libre, du village d'Alaise, prendre la direction "Vestiges" à1200 mètres un parking vous y attend !